abd el mailk la nouvelle star du rap recçament converti

Abd Al Malik

Rappeur

«je me suis converti à l'Islam...»


Wafin.be : On dit de vous que vous êtes plutôt un "rapt cœurs" qu'un rappeur …

Abd Al Malik : Je suis un musulman. Pourquoi préciser cela ? Pour souligner le fait que, bien que je sois entré en Islam quand j'étais plus jeune, vers 16-17 ans, je n'ai véritablement eu le sentiment d'être devenu musulman que lorsque j'ai rencontré mon Maître spirituel Sidi Hamza al-Qadiri al-Butchichi, et que je suis rentré dans la Qadiriya Butchichiya. J'insiste sur ce point parce qu'il est essentiel aujourd'hui en Europe, en cette période de stigmatisation et de confusion. Mon idée, avec mon art et ma musique, est de démontrer que la spiritualité véritable, à savoir l'Islam, et aussi par le truchement et l'éducation que j'ai auprès de mon Maître spirituel, que l'Islam donc est quelque chose qui pacifie notre rapport à l'autre et qui nous permet finalement d'être dans une démarche où l'on va à sa propre rencontre, et à la rencontre des autres également. Tout ça dans l'éducation du Coran et de la figure du Prophète de l'Islam.

Je parle de tout cela, et mon art, le Rap et la littérature, c'est pour mettre tout cela en évidence et tenter de l'expliquer !

Wafin.be : "Spiritualité" en opposition à "passivité" et le fait d'ingurgiter des notions qui sont étrangères à l'Islam ?

Abd Al Malik : La spiritualité véritable n'est jamais passiveLa spiritualité véritable, au contraire, est active. En Islam on parle de Jihad En-nafs, c'est-à-dire ce combat qui voudrait qu'à un moment donné on comprenne que notre ennemi ne peut se trouver véritablement qu'à l'intérieur de nous. Il s'agit de combattre ça, de comprendre que l'Islam est une religion qui nous pacifie, mais aussi une religion qui nous permet de comprendre et d'accepter les autres dans la différence.

Wafin.be : Dire que Abd Al Malik est influencé quelque part par Jacques Brel, n'y a-t-il pas là une fausse note quelque part ? Le style de Brel est loin d'être du Rap ou du Slam !

Abd Al Malik : Tous les artistes qui s'expriment véritablement avec leur cœur, qui sont sincères et entiers, font fi des formes ! Alors, que l'on parle de Rap, de Rock ou d'autres formes musicales, je dirais qu'importe finalement, l'essentiel est d'être dans une démarche entière, dans une démarche sincère. Jacques Brel, parmi tant d'autres, était un artiste qui était dans cette démarche-là. A partir de là l'essentiel se trouve dans le fait de savoir si notre démarche est accomplie avec une véritable sincérité, et si nous faisons les choses avec le cœur.

Wafin.be : Islam et Soufisme, où avez-vous atterri en premier ?

Abd Al Malik : L'Islam et le Soufisme, normalement, c'est la même chose … Le soufisme est le cœur de l'Islam, ils vont de pair ! Nous ne pouvons les séparer. Ce qui s'est produit, c'est que lorsque je me suis converti à l'Islam c'est avec cette vision un peu binaire, un peu "en noir et blanc" : j'ai la vérité et les autres sont dans l'erreur, etc. Alors qu'en réalité, l'Islam est tout entier dans l'exemplarité de la figure du prophète Mohamed (Paix et Salut soient sur Lui), et vraiment dans l'amour qu'on doit avoir pour Dieu.

Ce qui s'est passé, c'est que lorsque j'ai rencontré mon Maître spirituel Sidi Hamza al-Qadiri al-Butchichi c'est cela qu'il m'enseigne : c'est-à-dire que par les pratiques (les 5 piliers de l'Islam, les lectures du Coran, les hadith, etc.) nous pouvons apprendre l'amour de Dieu, et l'amour de son prophète. Et c'est à partir de cette démarche-là, de ce cheminement que nous sommes dans une attitude juste par rapport à la spiritualité. La spiritualité n'est pas quelque chose qui nous coupe des gens, au contraire c'est universel, cela nous donne les comportements les plus nobles, les attitudes nobles et le respect de tout un chacun

2 commentaires:

fabienne a dit…

merci pour cet article .

khairiya a dit…

Salam aleikoum Ahmed,

J'avais déjà entendu parler de ce Monsieur et cet interview permet de mieux le connaître alors merci de l'avoir publié.

J'aime bien ce qu'il a dit à propos du "jihad an-nafs" et je suis tout à fait d'accord, Tout dans la vie réside dans le fait de nous "éduquer" nous-mêmes et de combattre notre côté sombre qui fait que parfois nous nous faisons du mal à nous et aux autres. Il est vrai aussi que la bonne compréhension des principes de l'islam nous permet d'être en paix avec nous-mêmes et avec les autres, d'être tolérants et de construire plutôt dans le positif au lieu de détruire.

Après avoir dit ce que j'aimais dans cet article, voilà maintenant, si je peux me permettre, cette remarque à propos de ce que je n'ai pas aimé:

je me méfie un peu quand on cite un peu ou souvent dans des interviews (ou en live) le nom de quelqu'un d'autre, comme un maître à penser comme ce monsieur cite par 2 fois "son maitre à penser" dans cet article....à tort ou à raison cela me fait penser aux comportements des gens d'une secte....Attention je ne parle pas spécifiquement de ce Monsieur que je ne connais pas et à qui je dois le respect mais simplement mon opinion, en parlant uniquement de l'effet que me fait qu'il ait cité par 2 fois dans cet article-interview une personne qu'il qualifie de "maître à penser"...parceque j'ai vu d'autres exemples de gens (musulmans) parlant ainsi et acceptant tous les dires de la part d'une personne en particulier comme guide et on voit ce que cela a donné.....Je préfère vraiment quand les gens cite comme guide ou maître spirituel notre prophète (csw)ou après à la rigueur les 4 califes "ar-rachidounes"......et je me méfie aussi quand on parle d'un courant en particulier comme dans cet article "la qadiriya" mais après le respect est dû à chacun qui est libre de choisir ses principes et ses guides spirituels, Monsieur Abd Al Malik en 1er...

Salam aleikoum.

Khairiya